De la laine au chapeau...

(Les étapes de fabrication du chapeau de feutre)

Dans la Haute Vallée de l'AUDE, la fabrication des chapeaux de laine se pratique depuis le XIXè siècle. Les chapeliers, grâce à leurs exigences professionnelles, y acquirent une réputation mondiale. Aujourd'hui, les ouvriers exercent avec la même passion, ce métier traditionnel.


makingprocess


 
La fabrication du chapeau de feutre comporte de nombreuses étapes dont voici les principales (pour accéder directement à une étape, utilisez de préférence le menu de droite).
 

MATIERES PREMIERES MATIERES PREMIERES

Deux types de laines sont utilisés, à savoir :
Celle provenant de la tonte des moutons qui donnera au feutre, sa solidité. De courtes fibres issues des filatures qui lui donneront sa douceur.


workshop
 

LES ATELIERS DE LA FOULE LES ATELIERS DE LA FOULE



Débarrassées de toutes leurs impuretés, les laines sont mélangées. Première étape dans la transformation de la laine en cloche de feutre.



LE CARDAGE LE CARDAGE film



La laine est cardée ; la machine est équipée de « peignes » qui transforment la laine en un voile d'un millimètre d'épaisseur, qui s'enroule et se superpose en un matelas moelleux.







L'ENROULAGE L'ENROULAGE film



Ce matelas est « peigné » une seconde fois ; un voile plus fin est ainsi obtenu, qu'il faut ensuite enrouler sur un double pan de bois appelé « bicône » ; il s'agit de fabriquer deux cônes dont le poids varie en fonction du modèle de chapeau. Cette opération délicate exige beaucoup de doigté, toute la difficulté consiste à croiser régulièrement le voile sur le bicône, afin d'assurer à la cloche une meilleure tenue.



LE SEMOUSSAGE LE SEMOUSSAGE film



Ces cloches faites d'un voile gonflant et aérien, vont être feutrées une première fois.
Vaporisées et comprimées sur toute leur surface, la matière première devient dense et solide.
La chaleur rend ce travail éprouvant, plus elles sont petites, plus les cloches arrivent nombreuses et plus la cadence s'accélère.




VERIFICATION DE L'EPAISSEUR VERIFICATION DE L'EPAISSEUR



L'épaisseur des cloches doit être parfaitement uniforme, elle est vérifiée par transparence ; ensuite les bords sont égalisés à la scie.



 

LE MULTIROULEAUX LE MULTIROULEAUX



Les cloches subissent maintenant un deuxième feutrage en faisant de 14 à 18 passages dans une eau chaude additionnée d'acide sulfurique.



 

LE FOULON LE FOULON



Foulé par deux masses en bois avant et après la teinture, les cloches vont rétrécir aux normes désirées, c'est le troisième feutrage.


foulon

LA TEINTURE LA TEINTURE



A la teinture, dans un bain chaud, un mouvement de rotation assure une bonne répartition des colorants.


teinture

Consultez la palette des couleurs


LE DEGAGEAGE DE TETE LE DEGAGEAGE DE TETE



A ce stade, les cloches sont trop pointues ; après les avoir ramollies à la vapeur, on leur arrondit la tête.



 

LE CLOCHAGE LE CLOCHAGE



Une fois étirées, les cloches atteindront leurs formes et leurs tailles définitives. Cette opération resta longtemps exécutée à la main ; c'était un travail extrêmement pénible à cause de la chaleur du feutre.


degageage

 

LE PONCAGE LE PONCAGE



Bien séchées à l'étuve, les cloches sont délicatement poncées au papier de verre ; il faut lisser le feutre sans le brûler. Il n'y a plus qu'à dépoussiérer les cloches et à les laisser reposer.


Le travail du cône est terminé.



LA FABRICATION DE LA FORME LA FABRICATION DE LA FORME



Pour que ces cloches, toutes identiques, se transforment en capeline, chapeau melon, haut de forme, et autres, le formier va fabriquer des blocs d'aluminium entre lesquels elles seront moulées.

Il prépare d'abord un modèle en plâtre qui comprend trois éléments :
une partie male faite d'une tête et d'un corps séparé, et une contre-partie femelle d'une pièce.

Entre les parties mâle et femelle, un espace est ménagé pour l'épaisseur du chapeau. Chaque élément est installé pour un châssis rempli de sable bien tassé ; après avoir placé les errants pour faire coules le métal, le formier déquille délicatement les plâtres sans déformer les empruntes. Il pose avec précaution les trois châssis, les uns sur les autres.
Dans le four chauffé pendant 5 heures, l'aluminium a atteint 500', il est temps de le couler.

Dix minutes après la coule, les pièces sont prêtes pour le démoulage ; une fois bien ajustées et blanchies, elles partiront à l'atelier d'appropriage

 



forme_alu

L'APPRETAGE L'APPRETAGE



Les approprieurs vont transformer les cloches de feutre en chapeau.
Selon le modèle, on apprête plus ou moins la cloche, en l'enduisant d'une solution de gommelaque sur la tête et sur les bords.




LE DEGAGEAGE DES BORDS LE DEGAGEAGE DES BORDS film



La cloche, de nouveau soumise à la vapeur, s'évase, et on obtient une capeline.



LE DRESSAGE LE DRESSAGE



A ce stade, la capeline est préformée, afin de lui donner les proportions déterminées par le modèle - on marque la séparation entre la tête et les bords.
Autrefois, le dressage des bords était effectué' à la main, sur un feutre bouillant, rendant ce travail très pénible.



dressage

LE FORMAGE LE FORMAGE film



Cette opération peut s'effectuer de deux manières :
  • La presse à pédale : le chapeau bien vaporisé, va prendre sa forme entre les blocs d'aluminium chauffé. Il est fixé sur le bloc du haut, ensuite il est comprimé sur le deuxième bloc, jusqu'à ce qu'il soit parfaitement sec : il a maintenant sa forme définitive.
  • La presse hydraulique, le chapeau y est placé tête en bas contre le bloc femelle chauffée à la vapeur, sous une forte pression d'eau, une membrane de caoutchouc va le plaquer contre la forme : le chapeau est moulé.




LE RASAGE LE RASAGE



On rase la calotte et les bords du chapeau - il faut beaucoup de savoir faire et un excellent coup d'œil pour obtenir un aspect parfait.
Travaillé au papier verre ou à la peau de chien de mer, c'est ici que les effets de taupés daim ras ou satiné sont obtenus.




LE ROGNAGE LE ROGNAGE



La taille des bords exige doigté et précision; elle donne au chapeau sont allure finale.



LES FINITIONS LES FINITIONS



Accessoire de mode raffiné, on applique au chapeau les finitions :
  • Piquage du bord
  • Application à l'or fin de la griffe sur le cuir ou l'écusson
  • Pose du galon
  • Pose de la coiffe intérieure
  • Piquage du cuir




LE MATRICAGE LE MATRICAGE



Une dernière fois, le chapeau fini est soumis à la vapeur, puis au séchage; il s'agit de lui donner sa tournure de bord définitive.


matricage

Les chapeliers de la Société possèdent la maîtrise d'un métier complexe depuis plus d'un siècle.